oeil de sphere

Rondeurs de mer





Des flots de saumâtres marrons épidermiques,
Aux verdâtres bains amniotiques.
Un terne azur salin.
Sous le céleste ventre fécond,
Pointé d'un laiteux mamelon;
Galets, en algues séchées, pris de filins,
Encore baignés de l'entre marée.
Chênes éprouvés, essences d'une dune boisée,
S'enfoncent en zone sombre,
De cet océan mystère alors peuplé d'ombres.


Puis tout s'éteint.
Tout est un.


Dans la violine de l'iode,
Un monde disparaît jusqu'aux antipodes.


Dès l'aube, ce bout de terre nourrit l'âme.
Une évasion possible de carapace d'homme.
Par cette image de mer,
Devenue oeil de sphère.




atoutsommaire

©copyrightdepot atoutpoesie2006